En salle

En salle

Le récit alterné, par une jeune fille de 20 ans, de sa première expérience de travail dans une enseigne de fast-food et de son enfance dans une famille modeste, entre un père ouvrier, une mère au foyer et son petit frère.

Auteure : Claire Baglin

Éditeur : Minuit

L’avis de Véronique A.

Un récit très original sur un sujet qui l’est tout autant et qui a priori n’avait rien pour m’attirer : le monde merveilleux de Mc Donald. La singularité tient ici à l’alternance entre deux récits à 10 ans d’intervalle, et à la mise en parallèle du travail en usine du père, qui l’a progressivement miné, avec l’automatisme abrutissant du travail chez Mc Do. L’écriture est très dépouillée, on sent la narratrice détachée quand elle raconte ses souvenirs d’enfance dans une famille peu aisée, mais pour moi cette partie est malgré tout émouvante. De même, pour le travail au fast-food, avec une grande économie de mots, elle réussit à en faire sentir toute l’absurdité et le caractère répétitif. Si les tâches sont différentes du travail en usine, les méthodes employées par les responsables et managers sont les mêmes. Derrière l’apparent détachement de l’écriture, un roman engagé, plus complexe et sensible qu’il n’y paraît. À découvrir.

L’avis d’Isabelle H.

La narratrice, originaire d’un milieu modeste, nous décrit comment les repas au fast-food représentaient un moment exceptionnel dans son enfance. Étudiante, elle y travaille pour un job d’été et nous présente l’autre facette du rêve,  un univers qui ressemble beaucoup à celui de son père ouvrier.
Un livre facile à lire, rapide et convaincant mais assez déprimant.

L’avis de Claire L.

C’est un premier roman assez prometteur. L’auteure tisse habilement ses deux récits : l’enfance, la vie de famille, le père malmené et meurtri dans son corps par le travail et puis le temps présent, qui s’étire du bac à frites au drive, dans une solitude terrible. J’étais au bord de l’ennui en lisant cette partie, ce qui traduit admirablement le côté déshumanisé de ce travail en fast-food. Heureusement, les passages sur l’enfance sont beaucoup plus légers et joyeux.
Un court roman qui vaut le coup.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s