S’il n’en reste qu’une

S'il n'en reste qu'une de P Franceschi

Une journaliste australienne part à la recherche de deux héroïnes qui sont devenues une légende pour les Kurdes Syriens. Ces Kurdes soldates, Tekochine et Gulistan, qui combattent pour sauver leur territoire de l’invasion des milices de Daesch et des forces turques sont unies jusque la mort par l’amitié et par leur rêve de liberté, d’égalité et de démocratie.

Éditeur : Grasset

L’avis de Christine L.

A travers cette lecture, nous découvrons les horreurs d’une longue guerre civile. Des détails très réalistes sur les combats sanglants, la barbarie, les tortures nous bouleversent et nous bousculent dans notre vie de pays en paix.
L’histoire, bien menée, est passionnante : nous la découvrons peu à peu au fil de plusieurs récits tragiques de guerre. Tous ces héros méritent notre respect par cette leçon de courage.
J’ai été très émue par ces liens entre Kurdes, leur engagement pour sauver leur pays, par cette amitié dotée d’un courage exceptionnel. J’ai découvert ces femmes qui luttent au même niveau que les hommes pour garder leur identité de Kurdes.
Roman plus que touchant!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s