Le dit du vivant

Le dit du Vivant par Drummond

Un tremblement de terre au Japon fait surgir un squelette humain qui modifie les repères de datation de l’humanité jusqu’alors établies.
L’auteur intercale des récits, des documents, le journal de Sandra, paléogénéticienne, le point de vue de son fils Tom, autiste, et celui du Vivant, dernier d’une civilisation éteinte (l’homo amissus) qui s’est sacrifié pour sauver la terre.

Auteur : Denis Drummond

Éditeur : Cherche midi

L’avis de Virginie K.

Coup de cœur pour ce roman de science-fiction sur fond de découvertes archéologiques ! J’ai beaucoup aimé ce roman qui remet en cause nos connaissances sur la théorie de l’évolution. La construction du roman est particulière avec sur une même période les mêmes chapitres présentant successivement les points de vue des personnages principaux et des articles de presse ou correspondance. Il y a quelques longueurs dans des descriptions scientifiques un peu ardues par endroits mais le roman reste agréable à lire.

L’avis d’Olivier K.

Voici un roman brillant et original : il mêle l’archéologie (découverte d’une nécropole – à Atsuma au Japon), l’histoire personnelle de Sandra (paléogénéticienne qui va diriger les fouilles) et de son fils Tom (autiste), la génétique.
L’histoire est construite de « main de maître » par l’auteur : chacune des six parties « temporelles » est subdivisée en : une pensée générale, un récit descriptif classique, des extraits de correspondance courriel, le journal de la paléogénéticienne Sandra qui mène les fouilles, des articles de presse, le point de vue de Tom son fils autiste, et enfin le point de vue du Vivant, le dernier de la civilisation disparue.
Ce procédé permet de traiter le sujet dans toutes les dimensions possibles, selon plusieurs angles, ce qui permet d’éclairer certaines parties qui, aux premiers abords, paraissent bizarres ou non compréhensibles.
Le contenu scientifique est assez copieux et retranscrit de manière plutôt compréhensible pour le commun des mortels. Il faut juste s’accrocher un peu par moment.
Avec le recul, j’ai vraiment adoré même si je pense qu’il faut pouvoir le lire pratiquement d’une seule traite pour ne pas se perdre en chemin ****

L’avis de Christine L.

Drummond aborde une multitude de sujets actuels (raréfaction de l’eau, réchauffement climatique, OGM, ADN, géo-politique…). Tous sont denses, documentés ; la lecture est ardue pour le néophyte. Pour moi, trop technique et complexe. J’ai eu la sensation d’un méli-mélo et j’ai eu du mal à suivre, j’ai zappé quelques paragraphes. Malgré tout, j’ai lu le roman jusqu’au bout. L’histoire de Sandra et son fils permet de s’attacher. Sandra, veuve, mène de front vie de mère et vie professionnelle. J’ai aussi découvert le Japon que je ne connais pas.
Heureusement, la trame est belle, le style est poétique.
Roman à conseiller aux passionnés d’archéologie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s