Un autre tambour

L’histoire se déroule en 1957 dans un état fictif du Sud des États-Unis. Tucker Caliban, descendant d’un esclave rebelle et paradoxalement le Noir qui semblait le plus « intégré » à la population blanche de Sutton, quitte la ville après avoir volontairement détruit la totalité de ses biens. Ce départ sert d’exemple à toute la population noire qui partira à son tour en laissant les blancs s’interroger sur l’énigme de cet exode massif.

Auteur : William Melvin Kelley

Éditeur : Delcourt

L’avis de Claude L.

L’originalité de ce livre est d’être raconté uniquement par les personnages blancs qui assistent à cette « migration ». Des blancs bien incapables de comprendre ce soudain refus des afro-américains de continuer à vivre dans des conditions de subordination. L’auteur décrit une Amérique blanche qui tient fermement à sa soi-disant supériorité morale blanche et sur ce qui en découle : l’hostilité raciale ! On peut parfaitement le transposer à d’autres crises bien réelles d’aujourd’hui malheureusement.

L’avis de Gérard C.

L’action se situe dans une ville imaginaire. L’évènement est un prétexte pour décrire en fait les relations entre diverses personnes : communauté blanche et communauté noire, pères et fils, maris et femmes (lesquelles sont des personnages magnifiques), amis…
D’une écriture enlevée et poétique, l’auteur nous propose un roman d’amitiés d’amour et de haine. Tout au long des chapitres on perçoit une tension qui va exploser dans le dernier paragraphe. C’est un très beau livre, original, qui se lit avec beaucoup de plaisir.
W. M. Kelley est un auteur à (re) découvrir

L’avis de Patrick J.

Les yeux des enfants s’ouvrent, un couple se retrouve, le courage revient à certains quand la haine des autres finit par exploser.
Un roman fort, où le rêve se mêle à la réalité, les contes au récit, l’histoire au présent. Tous les personnages sont traités avec justice, les personnages féminins notamment sont très beaux ; le roman se dévoile dans la dernière partie de l’ouvrage. La biographie de l’auteur, rédigée par sa fille aînée avec beaucoup d’amour et de pudeur, éclaire le roman du courage de son père, sa volonté de vivre et de dire, son insatiable souci de transmettre. Une belle photo de cet homme rayonne sur la troisième de couverture.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s