A la ligne : feuillets d’usine

Un jeune diplômé ne trouvant pas de travail dans son domaine se retrouve intérimaire dans une conserverie de poissons puis dans un abattoir. Il inventorie alors les gestes du travail à la chaîne, le bruit, la fatigue mais aussi la solidarité entre les ouvriers, et parle aussi de littérature.

Auteur : Joseph Ponthus

Editeur : La Table ronde

L’avis d’Annie H.

Ce long poème en prose et sans ponctuation vous prend aux tripes car il décrit crûment le travail à la chaîne, mais il se lit facilement et rapidement.
Il s’agit d’une autobiographie, ce qui en fait toute la richesse.
Ce livre m’a beaucoup plu.

L’avis de Claire L.

Livre remarquable. Comment parler du travail, dans ce qu’il a parfois de plus abrutissant, avec tant de poésie et sans un ton ni revendicatif ni soumis ?
Une fois que j’ai commencé la première page, impossible d’arrêter ma lecture, le style m’a emporté ainsi que le recul salvateur que le narrateur prend par rapport à son sujet.
Un regard d’écrivain poète sur notre société…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s